Aller au contenu principal

Greffons Firefox pour Python

L’usage quotidien de Python est facilitée par l’ajout de quelques moteurs de recherche à Mozilla Firefox.

Firefox propose deux affichages différents pour les barres d’adresse et de recherche : soit séparée (c’est le mode historique), soit dans le même champ (c’est l’équivalent du comportement de Google Chrome/Chromium).

Selon le mode d’affichage choisi, l’utilisation est différente. Après avoir vu l’usage des extensions avec la barre d’adresse séparée du champ de recherche, la façon d’utiliser les extensions avec la barre unifiée sera abordée.

Extensions

Python Search

Python Search ajoute un moteur de recherche permettant de rechercher directement dans différentes documentations python3 (bibliothèque standard, API C, glossaire, etc).

Sélection du moteur de recherche Python Search à la souris

Les moteurs de recherche ajoutés (ce qui inclut donc Python Search) ne sont pas visibles dans les extensions mais sur la page about:preferences#search.

Python Doc

Python Doc répond au même besoin que Python Search mais utilise un bouton pour faire la recherche plutôt que l’interface de recherche classique de Firefox. Il faut d’abord cliquer sur le bouton pour avoir le champ où saisir sa recherche. Cela peut être utile si on l’utilise peu car la présence du bouton rappelle automatiquement la disponibilité de la recherche.

Python Doc est visible dans la liste des extensions (accessible par about:addons dans la barre d’adresse ou, selon les versions, en cliquant sur Extensions ou Modules supplémentaires).

PyPI

PyPI ajoute un moteur cherchant dans la liste des paquets disponibles sur pypi.org.

Comme Python Search, il sera visible sur la page about:preferences#search une fois installé.

Sélection du moteur de recherche PyPI à la souris

Recherche dans la barre de recherche unifiée

Il est possible d’ajouter un raccourci vers un moteur de recherche dans les Préférences du navigateur. Dans ce cas, il suffit d’utiliser le raccourci avant sa recherche pour sélectionner le moteur de recherche à utiliser.
Par exemple, en saisisant @py datetime, Firefox affichera la page de résultat de la recherche de datetime sur le site de la documentation de python. Cela est donc faisable pour Python Search et Pypi (pas Python Doc).

Raccourcis pour PyPI et Python Search

Bonus : créer d’autres moteurs de recherche

L’ajout de moteur de recherche intégré à Firefox (comme Python Search et PyPI) est simple à développer. La base est la préparation d’un fichier XML décrivant la recherche à faire (format de la requête, méthode, etc.). Le XML est trop court pour être douloureux (tant mieux ou tant pis, selon les goûts).

Outils utilisés

Pour afficher la capture de sélection du moteur à la souris, il n’était pas possible de faire une capture d’écran, car la perte du focus ferme la sélection. Pour cela, un enregistrement vidéo a été fait avec SimpleScreenRecorder, puis l’image adéquate a été extraite avec Kdenlive.

Aucun navigateur n’a été maltraité lors de l’écriture de cet article.

Greffons Firefox pour un affichage sombre

Face à des pages très claires, avec un fond blanc, on peut préférer des thèmes sombres car plus reposant pour les yeux. Certains sites proposent deux thèmes : l’un clair, l’autre sombre. Pour disposer d’une solution plus générique ou pour pallier à l’absence d’un thème sombre, il est possible de personnaliser Firefox pour répondre à ce besoin.

Stylus + thème spécifique

Stylus est un greffon qui permet d’ajouter des styles CSS. https://userstyles.org/ fournit des styles disponibles assez divers : des personnalisations de Youtube, de la page d’accueil de Google, etc. Il existe donc de nombreux thèmes sombres téléchargeables. Par exemple :

La capture d’écran montre un extrait de la page Wikipedia consacrée à Firefox : en haut à gauche, le style par défaut, en bas à droite, le rendu avec Global Dark activé.

C’est une solution intéressante si vous voulez aussi faire d’autres personnalisations d’affichage.

Owl

Owl permet uniquement l’activation/désactivation d’un thème sombre. Par contre, l’effet semble mieux réalisé que certains thème de Stylus : par exemple, certaines images sont aussi modifiées. Il est aussi possible de désactiver Owl spécifiquement pour certaines pages. C’est utile quand elles ont quelques soucis ou qu’elles sont déjà sombres.

La capture d’écran montre la même zone ; en bas à droite, le rendu avec Owl activé.

Dark Reader

Dark Reader est un greffon disponible pour Firefox et Chrome. Ce greffon dispose des fonctionalités d’Owl, tout en étant plus configurable : il est possible de faire varier quatre paramètres dont la luminosité et le contraste. Il dispose aussi de possibilités absentes d’Owl : activer le mode sombre selon une plage horaire, selon l’alternance jour/nuit, selon le thème du système (clair/sombre).

La capture d’écran montre (presque) la même zone de la page, avec plusieurs configurations de Dark Reader. De gauche à droite :

  • désactivé (donc le rendu par défaut)
  • activé ; rendu des paramètres par défaut
  • activé ; rendu avec forte luminosité et fort contraste
  • activé ; rendu avec faible luminosité, faible contraste et fort sépia

Le changement de mode sur Dark Reader est un peu moins pratique que sur Owl car Owl est (dés)activable en un seul clic. Il en faut deux pour Dark Reader: un pour ouvrir le menu, un pour (dés)activer. Le raccourci clavier est le même dans les deux greffons : Alt+Maj+D

Les trois greffons sont libres (MIT ou GPL v3+ selon la solution choisie).

Syncrétisme ludique

Des éléments de six jeux différents ont été associés. Saurez-vous les retrouver ?

Réponses lisible une fois convertie en rot13 :

Nhthfghf (yrf zrrcyrf ebhtrf), Obhgnobh (yrf ghvyrf ahzéebgérf), Qbshf (yn svthevar), Xrygvf – yr wrh qr qé (yrf ghvyrf nirp har cvreer), Beovf (yrf urkntbarf), Jvaftfcna (yrf qéf)

Rot13 est simplement un décalage de 13 lettres, ce qui permet de coder et décoder le message de la même manière.

Python2, toujours sur les routes

Ne faites pas comme ce cycliste, passez à Python3 !

pneu python2

Si Hutchinson fournit des pneus Python2, la maintenance de sécurité de cPython s’arrête à la fin de cette année. Aucune fonctionnalité n’est plus ajoutée depuis plusieurs années.

Processeur Intel -> Architecture AMD64 pour Debian

TL;DR

Nom courant Dénomination Debian Disponibilité
x86 i386 rarement en vente après 2010
x86_64 amd64 à moins d’acheter des ordinateurs spécifiques, il n’y a plus que ça pour le grand public

Si vous venez d’acheter un ordinateur, choisissez amd64.

L’histoire, avec un grand L

Intel avait conçu une architecture 8086, améliorée successivement jusqu’au 286 (un processeur 16 bits).
Au milieu des années 80, Intel améliore cette architecture qui devient 32 bits (avec les dénominations commerciales 386 puis 486, Pentium, Pentium II, etc.), nommée i386 par Debian, communément appelée x86. Cette architecture est aussi parfois nommée ia32 pour « Intel Architecture 32 bits ». D’autres constructeurs de processeurs comme AMD ou Cyrix concevaient des processeurs compatibles. C’est donc cette même architecture (i386) qui devait être utilisée pour ces processeurs.

Autocollant Intel Pentium 4 (32 bits) comme on en trouvait collé sur des ordinateurs portables au début des années 2000

Puis Intel décida de faire un nouveau processeur, 64 bits, incompatible avec les x86. Associé à HP, une nouvelle gamme de processeur, Itanium, voit le jour en 2001. La dénomination Debian est donc ia64 (« Intel Architecture 64 bits »). C’est un échec commercial, dû à des performances décevantes et l’absence de compatibilité ascendante. Cette gamme sera arrêtée dans l’indifférence générale en 2013.

Parallèlement à Intel, AMD décide d’étendre le processeur x86 pour qu’il fonctionne en 64 bits tout en ayant une compatibilité 32 bits. Cette architecture est souvent appelée x86_64, parfois x64. En 2003, AMD vend l’Athlon 64, premier processeur disponible au public de cette nouvelle architecture. Debian la désigne par le terme amd64. Des accords entre AMD et Intel permettant aussi à Intel de produire cette architecture, Intel a emboîté le pas à AMD et produit aussi des processeurs compatibles amd64. C’est pourquoi les processeurs modernes Intel nécessitent cette architecture lors de l’installation d’un système Debian.

Bien plus récent que le Pentium4, c’est un processeur 64 bits. Les autocollants, c’est bien joli mais pas très informatif.

D’autres architectures moins connues voire complètement oubliées existent

Debian est installable sur de nombreuses autres architectures, mais qui ne sont pas orientées grand public. La seule exception étant peut-être ARM avec les cartes RaspberryPi (cf. wiki).

Des exemples d’autres architectures et processeurs associés : https://lists.debian.org/debian-www/2017/10/msg00125.html (à la toute fin du message)